• Le nombril des femmesL'auteur avec un art élégant et raffiné de l'aphorisme laisse entendre ce que les hommes comprennent des femmes. Il ne verse ni dans la méchanceté cynique (trop facile !) ni dans l'admiration béate (trop bête !), il parvient à produire une oeuvre délicate et séduisante, une sorte de poésie en prose amusée et amusante disant le vrai, un chant d'amour où le lyrisme grandiloquent s'efface devant l'intelligence du coeur.

    Auteur : Dominique Quessada


    votre commentaire
  • LA CENTRALEUn intérimaire narre son quotidien, allant de centrale en central au gré des missions et chantiers du parc nucléaire français. Ce roman à la première personne, au style quasi clinique, froid, humainement dérangeant, rompt le silence sur ces esclaves d'une nouvelle ère employés pour assurer la maintenance de nos sites de production d'énergie. Ahurissant !

    Auteur : Elisabeth Filhol


    votre commentaire
  • MANGEZ-LE SI VOUS VOULEZEn 1870, dans un petit village du Sud-Ouest de la France où la foire bat son plein, un jeune homme se trouve pris à partie par la population. Son seul tort : être cousin d'un mauvais plaisantin qui s'est plu à lancer un "Vive la République" au milieu d'une foule ultra-bonapartiste qui digère mal la débâcle à laquelle la Prusse accule les troupes françaises. La violence individuelle s'exprime dès lors dans l'hystérie collective. Ahurissant !

    Auteur : Jean Teulé


    votre commentaire
  • MAITRES ET COMPLICESGabriel Matzneff restitue avec une exaltation et une gratitude communicatives ses bonheurs de lecture, rend hommage aux auteurs qui ont formé son esprit tant à l'amour des lettres qu'à la liberté de pensée. La singularité de ces écrivains, souvent sulfureux, est de tirer les lecteurs des torpeurs du conformisme, d'éveiller et stimuler les consciences. Cette promenade guidée hors des sentiers académiques est tonique et vivifiante.

    Auteur : Gabriel Matzneff


    votre commentaire
  • OU ON VA, PAPA ?Jean-Louis Fournier est un clown funambule, à la fois grave et joyeux. Il emploie son humour à évoquer la vie et la mort de ses deux enfants lourdement handicapés, les difficultés qu'elles ont générées dans son existence, les petits bonheurs arrachés au réel. Le récit est sous des traits faussement cyniques baigné de sincérité, de dignité, de tendresse et de regret.

    Auteur : Jean-Louis Fournier


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique