• LA NOTE AMERICAINEEn Amérique, le génocide des peuples indiens par l'homme blanc a laissé quelques survivants, ils sont parqués dans des réserves, déplacés au gré du bon vouloir des administrations. Au début du XXème siècle, le peuple osage est confiné sur des territoires rocheux en Oklahoma, mais le sous-sol se révèle au final gorgé de pétrole, les Osages sont millionnaires et cette richesse attisent les appétits. Plusieurs indiens meurent, assassinés, à l'arme à feu ou empoisonnés; les enquêtes - quand elles sont diligentées ! - avortent faute de moyens mis en œuvre et de compétences. Les disparitions se poursuivent et le Bureau of Investigation, futur FBI, prend la relève et il fait bien car il va mettre à jour la corruption de tous les rouages de la société pour s'accaparer la fortune des Osages considérés non comme des citoyens à part entière mais comme les rebuts dont il s'agit plus ou moins discrètement de se débarrasser. C'est le Règne de la terreur pour les Indiens. Un homme est au centre de cette organisation criminelle mais tout le monde ou presque semble s'en accommoder ou en tirer profit. Ce récit met en lumière un pan d'histoire des Etats-Unis plutôt méconnu et pour cause, il n'y a pas d'ignominie dans lequel l'homme est prêt à tomber pour s'octroyer les biens d'autrui, pour asservir l'autre par la stigmatisation et par la violence individuelle conjuguée à une violence institutionnalisée. Roman noir, très noir.

    Auteur : David Grann


    1 commentaire
  • LE NOUVEAU NOM (L'AMIE PRODIGIEUSE T2)Le roman s'ouvre sur le mariage de Lila, l'amie prodigieuse de Lena, la narratrice. Lila a tout juste seize ans et épouse Stefano, un homme de son quartier, auprès de qui le confort et l'aisance financière lui sont assurés, il lui semble en être amoureuse mais le dégoût va très vite l'étreindre, son indocilité lui vaut d'éprouver la violence conjugale et le viol, mais son fort caractère associé à sa vive intelligence et à sa fougue la pousse vers un autre destin que la vie étriquée à laquelle elle paraît condamner à l'instar de bien des générations de femmes italiennes. Lena suit un autre chemin, elle poursuit ses études, se fait remarquer par ses professeurs pour son sérieux et son acuité intellectuelle, gagne l'estime de tous mais un gouffre persiste toujours, malgré les apparences, entre les étudiants issus de milieux plus favorisés et elle comme si l'éducation et l'acquisition d'une certaine culture n’effaçaient en rien les différences sociales, comme si ces élèves étaient investis par le seul fait d'avoir vécu dès la naissance dans un confort bourgeois d'une assurance, d'une confiance qu'elle ne parviendra jamais à gagner, quelque effort qu'elle puisse faire. Elena Ferrante peint une fresque qui mêle le social aux destins singuliers, donnant à la banalité un relief intriguant, conférant à ces personnages une dimension romanesque, le tout avec un style gouleyant, coulant comme un lait crémeux dans le gosier d'un lecteur/une lectrice famélique.

    Auteur : Elena Ferrante


    votre commentaire
  • L'AMIE PRODIGIEUSEDans un quartier populaire de Naples, à l'orée des années soixante, vivent deux petites filles, Elena et Lila. Cette dernière a un caractère vif et décidé, se montre parfois froidement méchante et manifeste précocement des capacités intellectuelles bien supérieures à la moyenne. Elena est de fait dès son plus jeune âge en admiration devant Lila au point de n'avoir rien de plus cher que de lui être liée par une indéfectible amitié, leurs destins cependant se disjoignent quelque peu. Elena réussit une scolarité exemplaire, poussée au travail par son amie et gagnant la confiance de ses professeurs, alors que Lila semble prisonnière de sa famille et de son quartier. Cette autobiographie romancée happe le lecteur et l'entraine dans la vie d'un quartier napolitain à une certaine époque et à la découverte d'une amitié singulière entre deux femmes. Le récit séduit, captive, intelligemment construit qu'il est, et servi par un style sans afféterie, quasi verbal, fluide, clair et frais comme une eau de roche. Le premier volet de la saga d'Elena Ferrante génère chez le lecteur une stupéfiante addiction et le conduit immanquablement vers le suivant.

    Auteur : Elena Ferrante


    votre commentaire
  • A TOUTE BERZINGUELe narrateur s'aventure dans l'outback australien, à la découverte de ses immensités désertiques, de ses pistes, de sa faune,... Il ne pensait pas aller bien loin mais la rencontre d'une jeune femme en détresse pourchassée par une créature mi-homme mi-démon va l'entraîner aux enfers. Le récit est trépidant et pour cause puisque les actions s'enchaînent les unes aux autres, ne laissant aucune place à autre chose, si ce n'est à la montée de l'adrénaline, du stress et de cette idée que tout est fini, avec la mort aux trousses. Ce n'est sans doute pas le meilleur Kenneth Cook mais on se surprend à tourner les pages avec une avidité certaine. Le style est sobre et efficace. On a eu sa dose de plaisir et de frisson, là est l'essentiel.

    Auteur : Kenneth Cook


    votre commentaire
  • NO COUNTRY FOR OLD MENDans les années 1980, un shériff d'un comté du Texas soliloque sur le délitement des Etats-Unis qu'il observe par la consommation de drogues dans toutes les strates de la société et de son trafic effréné et violent. Un brin réactionnaire et conservateur sur certains plans, il jette un regard amer sur son passé et sur son action aujourd'hui. En parallèle, il tente vainement de retracer le fil d'une affaire concernant un de ses administrés, Llewyn Moss, qui semble être pris en chasse par une armée de trafiquants et par un homme plus inquiétant encore que les autres, un psychopathe armé d'un pistolet d'abattoir. C'est cette espèce de course-poursuite, de road-movie, à laquelle invite Cormac McCarthy avec ce récit à l'écriture sans fioriture, brute comme un couperet et qui est un véritable modèle en terme d'ellipse littéraire. Les dialogues sont faits de phrases qui se répondent du tac au tac. Le lecteur est happé par le style et par le rythme de la fuite en avant d'un homme qui sait son destin scellé. La figure de Chigurh, sorte de main du diable, hantera longtemps le lecteur.

    Auteur : Cormac McCarthy


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique