• LES ENFANTS DE LA CLAREENévache est la plus haute commune de la vallée de la Clarée, à proximité immédiate de la frontière franco-italienne, point de passage de migrants, souvent originaires d'Afrique sub-saharienne, particulièrement de Guinée, avec une très forte proportion d'adolescents non accompagnés. Certains des habitants de Névache - notamment un officier à la retraite, ancien militaire de la guerre d'Algérie - se donnent pour mission de porter secours à ces personnes en détresse dans cette montagne inhospitalière pour qui ne la connait pas et n'y est pas préparé et ce d'autant que les autorités les traquent. Ils forment une sorte de vigie à l'instar des sauveteurs en mer, rendent honneur à l'esprit de solidarité et d'humanité et restitue à la France un peu de sa dignité. Raphaël Krafft, journaliste, accompagne ces femmes et ces hommes dans leurs maraudes afin de saisir la réalité du terrain, les motivations des uns et des autres et les attitudes des forces de l'ordre. Il va jusqu'à proposer aux enfants du village, qui ont inscrit dans un projet pédagogique leurs interrogations sur ces "naufragés de la montagne" mineurs, de se rendre en Guinée afin d'enquêter pour eux et répondre à leurs questions. Les instances européennes ont déployé bien des moyens pour mettre des barrières au flux migratoires (notamment les accords avec les pays de transit comme la Libye, la propagande avec l'aide des rapatriés dits improprement "volontaires") mais rien ne semble plus fort que le désir de fuir une pauvreté endémique quitte à risquer sa vie dans l'espoir de vivre un peu mieux ailleurs. Raphaël Krafft livre une enquête d'investigation au plus près des protagonistes et donne une dimension humaine à ses questions migratoires qui nourrissent dans l'abstrait peurs et fantasmes.

    Auteur : Raphaël Krafft


    votre commentaire
  • TANT QU'IL RESTE DES ILESLéni vit sur une île qui  - construction d'un pont oblige ! - s'apprête à perdre son insularité. Séparé de la mère de sa fille, il récupère Agathe, trois ans, sur le continent un week-end sur deux et passe avec elle des moments précieux. Il travaille dans un petit chantier naval d'un ami artisan, il y répare de rares coques de bateau, l'entreprise périclite et l'espoir est mince de voir un jour un regain d'activité. Il fréquente un bar où se côtoient les gens de l'île et où se jouent entre potes des parties de coinche. Le rythme de la vie sur l'île est des plus tranquilles, parfois morne mais non sans charme, un charme qui risque de se perdre avec la déferlante des voitures et touristes à laquelle va nécessaire conduire l'ouverture du pont. Bien qu'un référendum ait validé sa construction, quelques insulaires dans le giron de Liné veulent bloquer l'avancée des travaux. Liné suit le mouvement sans vraiment trop y croire. Il a une nonchalance exaspérante, s'est-il vraiment où il veut aller, souhaite-t-il même s'engager avec qui que ce soit ? Avec une écriture délicate, Martin Dumont donne au lecteur l'occasion de vivre une vie d'insulaire, de sentir les vagues et les embruns, de se laisser porter comme le protagoniste principal par les événements et les éléments. Il décrit la vie ballotée par ses bonheurs et ses tracas.

    Auteur : Martin Dumont


    votre commentaire
  • BEATE ET SERGE KLARSFELD - UN COMBAT CONTRE L'OUBLIBeate et Serge Klarsfeld forment un couple à nulle autre pareil. Beate est jeune fille au pair à Paris quand elle rencontre Serge, étudiant à Science Po. Le père de Serge est mort à Auschwitz-Birkenau et Beate appartient à une famille allemande peu consciente de sa responsabilité sous le IIIème Reich. Leur conscience politique à tous deux se construit avec, pour figures tutélaires, Hans et Sophie Scholl, deux résistants allemands au nazisme. Ils se sentent investis d'un devoir de mémoire à l'égard de la Shoah et d'une mission de transmission pour les générations d'après-guerre. Ils décident d'entrer dans l'action militante et de manifester notamment contre le fonctionnement des institutions politiques autorisant les anciens fonctionnaires du parti national-socialiste d'exercer des postes importants dans l'Allemagne Fédérale, à l'instar de Kiesinger, membre actif du parti nazi devenu chancelier, qui en plein congrès du parti libéral et conservateur allemand est giflé, traité de nazi et appelé à démissionner par Beate Klarsfeld. Leur vie est vouée à cette chasse aux nazis qui les rendra célèbres car redonnant de la dignité aux démocraties prêtes à se compromettre dans l'oubli de l'ignominie. Ils débusqueront entre autres Klaus Barbie jusqu'en Bolivie afin qu'il soit jugé en France pour répondre des crimes perpétrés alors qu'il était SS chef de la Gestapo à Lyon. Sans leur combat faisant parfois fi des règles diplomatiques internationales, certains procès n'auraient indubitablement jamais pu se tenir et qu'ils aient eu lieu participent à la fois au devoir de mémoire et à la restitution d'un honneur qui sans eux aurait été perdu. L'album, grâce à une construction scénaristique habile, mélangeant les temps, l'action et le souvenir, rend un hommage appuyé et bienvenu à deux personnages exemplaires et essentiels de notre histoire démocratique et républicaine.

    Auteurs : Pascal Bresson et Sylvain Dorange


    votre commentaire
  • LES BELLES PERSONNESChloé Cruchaudet dresse des portraits d'anonymes qui irradient autour d'eux une lumière singulière et qui infusent par leur présence, leur être ou leurs comportements un certain bonheur de vivre. Il en est ainsi de l'éboueur qui chante et chorégraphie chaque matin le rituel du ramassage des ordures, du jeune réfugié qui dans une ultime épreuve dans son odyssée terrible doit faire face à l'administration française, du petit garçon renfermé sur lui-même pris sous l'aile d'une bande d'adolescents bienveillants, l'équipe d'infirmières qui prend en charge les prématurés et épaulent les parents dans le désarroi,... Cette galerie de portraits donne une idée de la beauté, loin des canons de l'esthétique, et instille du baume au coeur à qui désespère du monde. Les portraits dessinés s'inspirent de textes reproduits en fin d'album, il arrive que les premiers valent mieux que les seconds mais parfois c'est l'inverse quand ils ne se subliment pas l'un l'autre !

    Auteur : Chloé Cruchaudet


    votre commentaire
  • LE BARONA la fin du XVIIIème siècle, un colporteur propose parmi sa marchandise un recueil de contes qui va susciter - à son grand étonnement ! -  une très vive curiosité de la part des habitants du petit village de Bodenwerder... et pour cause puisque l'ouvrage relate les aventures d'un certain baron de Münchhausen qui n'est autre que le seigneur de ces lieux. L'occasion semble toute trouvée pour faire revenir le baron à l'une de ces fameuses soirées qu'organisait antan le village autour des envolées narratives du baron trop fier de captiver l'attention. L'affaire n'est pas dans le sac car le baron a promis à son épouse, il y a déjà trois ans,  d'abandonner ces soirées et de ne plus y revenir. Personnage non pas fourbe mais espiègle, le baron de Münchhausen est ici portraituré avec une élégance toute poétique. Jean-Luc Masbou, adaptant de manière idoine son style graphique à chaque conte, dresse un bel hommage à ce prince du verbe ô combien sympathique, à l’œil pétillant et malicieux.

    Auteur : Jean-Luc Masbou


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires