• VOYAGE AU LIBERLAND : GLOIRE ET DEBOIRES D'UNE AVENTURE LIBERTARIENNE AU COEUR DE L'EUROPE

    En 2015, au coeur de l'Europe, dans les Balkans, un homme politique tchèque issu de la droite radicale revendique un îlot de 7 km² sur la rive droite du Danube, entre Serbie et Croatie et s'en autoproclame président. L'annonce suscite un intérêt croissant sur les réseaux sociaux et ce d'autant que cette micronation nommée Liberland se veut terre libertarienne glorifiant avec un jusqu’au-boutisme absolu la liberté individuelle. Honnissant le carcan et les entraves de l'Etat, son président se propose d'en faire un havre sans taxe. La police croate se trouve très vite débordée par l'afflux d'individus aspirant tous à devenir citoyen de cette nation semblant mettre l'utopie dans le réel. Grégoire Osoha et Timothée Demeillers, spécialistes de cette région tourmentée, rendent compte de la création de ce pays sur une terra nullius et surtout des motivations parfois illuminées de ceux qui ont cru et tenté de faire vivre cette chimère.

    Auteurs : Thimothée Demeillers et Grégoire Osoha


    votre commentaire
  • DurantL'ABOLITION DES PRIVILEGES la nuit du 4 août 1789, les députés vont s'engager de manière inattendue et radicale à abolir les privilèges, alors que notamment la noblesse, le clergé et certaines provinces de France ont beaucoup à perdre. Tournant politique majeur de la Révolution française, ce roman s'applique non seulement à le rendre compréhensible, vivant, tangible et palpable mais aussi à décrire tout ce qui y a conduit ainsi que ses personnages aujourd'hui souvent oubliés mais acteurs formidables. L'auteur, Bertrand Guillot, à l'instar de Jean Teulé, donne chair à la matière historique et fait ainsi œuvre à la fois de divertissement et de pédagogie, mettant en lumière le passé pour mieux appréhender le présent. Une réussite !

    Auteur : Bertrand Guillot


    votre commentaire
  • HADES ARGENTINEUn homme installé à New York sous un nouveau nom après avoir fui la dictature argentine de la fin des années 70 et du début des années 80 retourne dans son pays natal, appelé qu'il est au chevet d'une femme qu'il connaît pour être la mère de celle qu'il aimait et qu'il aime sans doute encore. Il s'y rend avec l'espoir de retrouver cette femme pour laquelle il s'est damné. Ce retour au pays le conduit à rencontrer les fantômes du passé, ces personnes qui sont aujourd'hui décédées et qui l’interpellent sur le rôle ambigu qu'il a joué par amour pour cette femme. Par le prisme de son histoire personnelle et de cette recherche d'un amour perdu mais encore ardemment désiré, le lecteur arpente une époque, fréquente des individus et des lieux qui ont à voir avec la répression et la torture. Une écriture d'une grande maîtrise est à la manœuvre, le lecteur a le sentiment de descendre aux enfers à la recherche de l'être aimé, de lire une version moderne du mythe d'Eurydice et d'Orphée. Le roman fait immanquablement penser à La Divine Comédie de Dante et à Mon Grain de Sable de Luciano Bolis.

    Auteur : Daniel Loedel


    votre commentaire
  • J'AI VU LES SOUCOUPES VOLANTESRevenue d'une période trouble où, adolescente, elle était à imaginer qu'elle était en contact avec des extraterrestres, l'auteur raconte une époque, celle des années 80, où l'intérêt pour les ovni, les mystères tels que le triangle des Bermudes, imprégnait la société toute entière, qu'il était devenu un enjeu commercial au point que bien des personnalités influentes s'en sont emparé, que de nombreux films ont été réalisés  et que pléthore de maisons d'édition ont développé des collections sur l'ufologie et ses dérivés. Le récit autobiographique et émouvant de Sandrine Kerion explique dans quel contexte la gamine qu'elle était, marginalisée par ses camarades de classe et prise en otages dans les conflits entre ses deux parents un peu illuminés, a pu trouver dans cette foi naïve dans des êtres supérieurs une échappatoire à ses angoisses et problèmes existentiels. Elle détaille avec précision la mécanique qui l'ont conduite dans l'autosuggestion et qui aurait pu l'amener dans des mouvements sectaires. Elle en était à la limite, en a conscience et témoigne de sa réussite à sortir de la spirale des intoxications mentales. A l'heure où fleurissent les infox et les conspirationnismes, son expérience fait figure d'expertise et à une valeur inestimable.

    Auteur : Sandrine Kerion


    votre commentaire
  •  

    LES FOSSOYEUSESEn 2010, 15 ans après la fin de la guerre en Bosnie-Herzégovine, Taina Tervonen, journaliste indépendante, entame un reportage de longue haleine sur les disparus du conflit. Elle va côtoyer de nombreuses fois Senem, bosniaque, et Darija, serbe, dont le travail minutieux d’anthropologue judiciaire à la morgue pour la première et d’enquêtrice « collecteuse de sang » auprès des vivants pour la seconde a pour dessein d’identifier les corps exhumés des nombreux charniers de la région et de les restituer à leur famille respective. Toutes deux travaillent sous l’égide d’un organisme ad hoc, l’International Commission on Missing Persons, créé en 1996, à la fin de la guerre, à l’initiative de Bill Clinton. Pour macabre que soit leur mission, elle n’en est pas moins essentielle : faire le lien entre les morts et les vivants et, par ce travail de mémoire, de fidélité aux disparus, préserver notre humanité. Taina Tervonen raconte dans le détail cette tâche colossale, son horreur et son âpreté, les techniques employées, les difficultés rencontrées, les impasses, les erreurs, les palliatifs aux manques de moyen, les découragements mais aussi les satisfactions d’accompagner les familles à faire enfin leur deuil. Loin d’un récit clinique et aseptisé, l’auteur donne plutôt une narration sensible, humaine et incarné en s’attachant à ces trois personnages que sont Senem, Darija et elle-même et en mettant en lumière l’impact positif de leur travail sur les vivants.

    Auteur : Taina Tervonen


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires